BLOGUE CITOYEN

GRAFFICI.CA présente ici son équipe de blogueurs, des citoyens de divers horizons, qui vous surprendront par leurs billets, leurs récits et leurs poésies bien sentis, diversifiés et accessibles.
Pour prendre votre tour dans vos lettres ouvertes... Écrivez à redaction@graffici.ca.

NOTE DE LA RÉDACTION

Les blogueurs sur GRAFFICI.CA ne sont pas à l'emploi de l'entreprise. Ils ont tous accepté de s'engager, bénévolement, pour apporter une diversité de point de vue dans notre média. Les opinions véhiculées dans ces textes n'engagent que leur signataire. Il en va de même pour les lettres ouvertes.

ADRESSEZ-VOUS COMME DU MONDE À MA PARENTÉ
Autour de nous

ADRESSEZ-VOUS COMME DU MONDE À MA PARENTÉ

13 juin, 12h00 Par : Marie-Christine Bernard, auteure et blogueuse

ALMA - Quand j’étais jeune, des fois, le dimanche, on faisait des tours d’auto, puis on allait virer sur la réserve. J’aimais ça, aller sur la réserve. Je ne regardais pas le paysage, pourtant si beau à l’embouchure de la rivière Cascapédia, qui sort des Chic-chocs pour aboutir sur cette pointe qui avance comme une proue dans le bleu unique de la Baie des Chaleurs, dans la péninsule de Gespe’g. Faut croire que j’étais habituée à la voir, la mer.

COQUILLAGES ET MINÉRAUX
Autour de nous

COQUILLAGES ET MINÉRAUX

9 mai, 12h46 Par : Marie-Christine Bernard, auteure et blogueuse

ALMA - Mai. Je sais que la banquise est partie ces jours-ci. Chaque printemps, à la même période, c’est la même chose. Même après toutes ces années. Au temps de la grande marée, et juste après, certains matins où le ciel a la bonne couleur je ne peux m’empêcher de chercher, en sortant de ma maison, cette odeur minérale, piquetée d’iode et de goémon tiède, qui règne à ce moment précis dans la Baie des Chaleurs. Bien sûr je ne trouve jamais le parfum de ma jeunesse. Ici où j’habite, aux abords de la forêt boréale, il faut chercher dans l’air du printemps les senteurs de résine et d’humus. Ou alors, si la nostalgie m’étreint trop fort, je me tourne vers mes trésors de la mer.

MARELLES
Autour de nous

MARELLES

11 avril, 10h55 Par : Marie-Christine Bernard, auteure et blogueuse

ALMA - Dans mon souvenir, mon oncle Pit a eu une ribambelle de chiens pas d’allure, tous plus laids et stupides les uns que les autres. Le pire dont je me souvienne était Goofy, un affreux bâtard court sur pattes qui nous mordait vicieusement les chevilles. Et les rares fois où il en a eu des beaux, des chiens, mon oncle Pit, ils faisaient comme la chèvre de monsieur Seguin : ils cassaient leur corde et s’enfuyaient, sauf que pas dans la montagne mais dans le chemin, et ne se faisaient pas manger par le loup mais écraser par des camions. Mon oncle Pit n’a jamais eu de chance avec ses chiens.